panneau 13 – Le Ponceau

voir le panneau 13

En décembre 1914 et janvier 1915,  les français souhaitent occuper le terrain entre  la vallée de la Doller et celle de la Thur .
Des attaques sur Burnhaupt-le-Haut, Aspach-le Haut, le  Bas et le Pont , ainsi que sur Steinbach et  Cernay se succèdent. Les premiers combats ont lieu au  Hartmannwillerkopf.
Pour le jour anniversaire de l’empereur Wilhelm II, la 57e Division d’ Infanterie commandée par le Général Bernard doit prendre Ammertzwiller. Le Général PUTZ veut supprimer ce centre de résistance Allemand.
Face à Ammertzwiller à gauche, entre Balschwiller et l’actuel rond point, la 113éme Brigade composée du  235ème et le 260ème RI . A droite, jusqu’au Spechbach la 114ème Brigade avec entre autre le 244ème  RI et 113ème RIT.  A 7h alors qu’il a neigé la veille la 113ème Brigade débute son mouvement. Arrivée au réseau de barbelés, conformément  aux ordres, elle attend derrière les parapets  de neige qu’elle a édifiés en hauteur. L’artillerie pilonne les lignes allemandes depuis 7h et jusqu’à 10h.

Plus d’informations :
Lire
l’ouvrage de
J.P. Ditner
En vente à la mairie
8€

Le mouvement du 244ème RI ne démarre que vers 10h et il progresse lentement. Le 113ème RIT à 14 h est encore à 100m de la route et il mettra encore 1h pour l’atteindre sous les rafales des mitrailleuses allemandes et sans recevoir d’aide de la 113ème Brigade du Colonel Albert. Ce dernier avait prévenu le Colonel Quai de la 114ème Brigade qu’il ne songerait à attaquer que lorsque ce dernier serait en place à sa hauteur.
L’attaque générale sur Ammertzwiller débute à 16h15, la nuit tombe, le froid est intense – 22°C. A 17h le 260 RI rend compte qu’il ne peut aborder à lui tout seul le village puisque le 244 RI n’a toujours pas bougé. Finalement il recevra l’ordre de ce replier dès 19h. Ce n’est que vers 22 h que la 144ème brigade recevra l’ordre de repli. Pas un mètre de terrain n’a été conquis, mais cette journée coûtera près de 450 morts, blessés et gelés.
Les sanctions ne se feront pas attendre. Le Colonel Albert sera remplacé à la tête de la 113ème Brigade et le général Bernard sera relevé de ses fonctions.
Résumé extrait de l’ouvrage : Vers le front continu en Haut Alsace.Philippe SPRINGER

En 1914, un régiment d’infanterie (3400 hommes) est divisé en 3 bataillons de 1120 hommes. Un bataillon comprend 4 compagnies de 280 hommes. Une compagnie réunit 4 sections de 70 hommes, chacune comprenant 2 demi-sections, dirigées par un sergent. Un caporal dirige une escouade de 15 soldats.** RIT : régiment d’infanterie territoriale : c’est une unité composée d’hommes âgés de 34 à 49 ans, considérés comme trop âgés pour intégrer un régiment de première ligne d’active ou de réserve.